UA-64657298-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : notre travail

    Mais que fait Claudie pendant ses journées ?

    Voilà un certain temps que je dois répondre à cette question – cette semaine, les vacances de fin d’année ont commencé pour certains collèges, aussi j’en profite moi aussi.
        Au début, il a fallu que j’associe patience et esprit de décision pour que s’organisent mes activités – « organiser » est souvent une difficulté pour les Malgaches aussi cela leur demande du temps.  Quand ils ont réalisé que j’étais une Française qui pouvait leur consacrer du temps alors ils ont un peu à la fois, formulé leurs demandes.
        Le plus efficace à ce niveau a été Frère Victorien de la Communauté des Frères de la Doctrine Chrétienne – communauté originaire de Strasbourg – en tant que directeur du Collège Maria Manjaka  (Marie Mère) il m’a demandé de travailler avec les instituteurs (trices) 2 fois par semaine et 3 fois avec les frères de la communauté. Je ne fais pas des cours de français mais plutôt des rencontres de conversation durant lesquelles on est amené à revoir les règles de grammaire, les conjugaisons…
    Certains instituteurs sont très demandeurs d’oral et ont un niveau d’expression tout à fait correct mais la majorité a de grandes difficultés pour s’exprimer – je me pose vraiment des questions sur l’enseignement du français dans certaines classes de primaire !...   Aussi je travaille à tous les niveaux : orthographe, grammaire, conjugaisons  et aussi expression orale, poèmes et chansons ( et même bricolage pour Noël ). Un grand merci pour le soutien que j’ai reçu à propos des chants de Noël car pour certaines paroles, ma mémoire n’était pas toujours fidèle …
        Au début, j’ai eu beaucoup de mal à organiser les rencontres mais  un peu à la fois, j’arrive à varier la méthode de travail  - pourvu que mon imagination travaille bien jusqu’en juillet !
        Avec les Frères, mon travail est complètement différent car ils sont essentiellement demandeurs d’oral et donc de vocabulaire, d’expressions françaises. Nous passons beaucoup de temps à discuter de sujets très divers et souvent inattendus – je ne sais pas toujours ce qui va arriver pendant l’heure (et demie). Par exemple, à partir du mot « zen » nous sommes partis pour un échange sur les différentes religions ; un autre jour, ce fut sur les morts et la tradition très importante ici mais une autre fois, nous avons passé notre temps sur « les adverbes » !...

    3-2 les instit. à M Manjaka .JPG


     
       Sœur Eléonore, responsable de la communauté du Sacré Cœur de Raguse (FMJ  Fo Masin’i Jesoas), m’a demandé d’intervenir aussi dans son établissement, voisin de celui des Frères – l’un est pour les garçons, l’autre pour les filles sauf le lycée des filles qui est mixte. Là aussi je travaille avec les institutrices maternelles et primaires.
        Le mercredi matin, avec Jacques, nous allons au Pré-noviciat des Frères Maristes à Ampahidrano (à l’extérieur de Fianar) pour travailler à nouveau le français avec une douzaine de jeunes qui, après 2 ans, partent au Rwanda pour leurs années de noviciat (Français obligatoire !)
        N’ayant pas voulu passer tout mon temps en cours de français, je suis allée visiter l’atelier de broderie-couture attaché au collège FMJ et destiné aux jeunes filles en grande difficulté financière et/ou sociale. Sœur Elvisianne et Mme Léa, les 2 responsables (pour 45 filles et 3 années d’études) m’ont évidemment accueillie à bras ouverts et j’y passe depuis 2 matinées par semaine.

    23 atelier couture 1ère année.JPG


        Pour finir mon emploi du temps, Frère Victorien s’étant aperçu qu’il avait affaire à un prof de maths et que mon mercredi après-midi était encore libre, a proposé des heures de soutien – mais cela vient seulement de commencer et s’organisera vraiment en janvier car l’organisation prévue ne me satisfait pas vraiment…

  • Catégories : tourisme à mada

    un petit tour au pays du thé

    Img_7349.jpg

     

    SIDEXAM

    Non, ce n’est pas un nouveau sigle malgache, mais c’est tout simplement le nom d’une entreprise de production de thé (pas facile à trouver !..)

       Lors de la visite d’un ami du Secours Populaire de Neuville s/saône, André Marcende, nous sommes allés découvrir la seule plantation de thé à Madagascar . Cette plantation est à Sahambavy, à quelques kilomètres de Fianar ( 15 exactement ) mais à près d’une heure de route … heureusement la vallée traversée est très belle et nous fait supporter les trous et le passage scabreux d’un pont en réfection.

       Pour des amateurs de thé comme nous, nous ne pouvions pas rater une telle découverte et nous pourrons vous raconter tout (ou à peu près tout) ce que vous voulez sur la plante – juste une information qui m’a surprise : elle est de la famille des magnolias (non des camélias, merci Annette!!).

    Img_7352.jpg

     

      Quant à l’entreprise, après avoir été d’état lors du régime « socialiste » de Ratsiraka, elle est maintenant une entreprise privée mais encore assez paternaliste.  Une centaine de personnes travaillent à l’usine mais près de 300 personnes vivent de la cueillette du thé qui se fait toute l’année. A savoir : le thé noir ou le thé vert proviennent-ils de plantes différentes ? réponse : non mais de la transformation des feuilles !   De plus, la saveur du thé est contrôlée chaque jour par un « goûteur ».

       Que direz- vous d’une petite tasse de thé ?  à votre santé !

     

    Img_7353.jpg