UA-64657298-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Catégories : notre travail

    Les Missions de Jacques depuis 4 semaines

    27092012144.jpg Dès mon arrivée je commence mon cours de réseau informatique au Centre Universitaire de Formation Professionnelle, 3 heures par jour chaque matin. Comme l'année dernière j'ai affaire à des étudiants très motivés qui ont progressé assez rapidement. Mon enseignement se veut très pratique dans le but de les rendre familiers avec l'installation et l'administration d'un réseau. A part cela je sollicite mes connaissances pour placer quelques étudiants en stage, ces derniers étant relativement livrés à eux-mêmes. Notre ami Père Marius qui va monter un Cyber en ville à destination des étudiants, me sollicite pour l'aider à monter son réseau. Il accepte de travailler avec notre association d'aide aux étudiants que nous sommes en train de monter et pour laquelle Claudie travaille ici à Fianar. Après la visite de Guillaume et de nos petites filles (en fin de semaine), je vais former quelques professeurs d'un collège-lycée à l'utilisation pédagogique de l'ordinateur. à suivre

  • Catégories : association SEL mada

    SOLIDARITE ETUDIANTE LYON-MADAGASCAR

     


     

             Septembre 2012,  l’association que nous avons en tête depuis plusieurs mois va enfin exister.

    Avec Christiane Martin, nous avons mis en place les statuts et la création va bientôt être officielle (elle est dans les bureaux de la préfecture). Notre arrivée à Fianarantsoa nous permet de finaliser son existence.

             Hier, mardi 2 octobre, nous avons eu une discussion avec Mme Jacqueline RAZANADIMBY, c’est une professeur d’anglais, jeune retraitée qui poursuit encore ses activités auprès de centres de formations – elle est aussi impliquée dans l’aide aux parents et l’aide pédagogique aux enseignants et aux jeunes. Elle est très intéressée par l’idée de travailler avec nous et est prête à nous aider à mettre en place un règlement pour cette association.

             L’aide que nous envisageons, sera versée sous forme d’une bourse allouée pour une année, renouvelable si besoin, elle sera versée mensuellement. Elle s’adresse aux étudiants qui souhaitent poursuivre des études après leur baccalauréat, que ce soit dans l’enseignement général ou technique. Elle peut aussi s’adresser aux jeunes adultes qui souhaitent reprendre des études.

             Dans tous les cas, les dossiers de demandes constitués auprès de la correspondante de l’association seront étudiés par le bureau en France qui accordera ou non, et suivant ses possibilités, l’attribution d’une bourse. Parallèlement, un travail sera fait auprès de ces étudiants pour qu’ils se regroupent régulièrement et organisent à leur tour, des actions de solidarité.

             Tout se prépare bien et nous en sommes vraiment heureux car beaucoup de jeunes sont conscients de l’importance d’avoir une réelle formation ; malheureusement la situation politique actuelle aggrave les difficultés déjà existantes.

             Pour le moment, nous allons faire le bilan précis des aides existantes auprès des étudiants (bourses nationales, autres aides ?..), du coût d’une chambre et des repas dans la résidence universitaire, du coût d’une connexion Internet et des différentes propositions existantes, du coût des dossiers de cours (il n’existe pratiquement pas de livres et les étudiants doivent acheter les cours des professeurs).

     

             Le dernier point qu’il nous reste à solutionner est le financement de ce projet.

    Pour cela, nous comptons sur des aides individuelles mais aussi et surtout sur la participation des étudiants français qui, grâce à l’organisation de rencontres diverses, pourront financer ce soutien aux étudiants malgaches.

     

             Vous qui lisez ce texte, parlez-en autour de vous.

    Nous avons besoin de votre appui.      

  • Catégories : association ELF

    Retrouvailles avec les filleules de l’association ENTRAIDE LYON-FIANARANTSOA

     

     

                Notre retour ayant eu lieu le 22 septembre, j’ai  pu très rapidement reprendre contact avec les fileulles et avec Hari.

         Mercredi, je suis allée saluer les Mamans qui étaient à la C.E pour un versement important à la veille de la rentrée scolaire ; là on peut voir les "cigales et les fourmis" mais surtout celles qui commencent à bien s'organiser pendant les vacances et à vraiment économiser en vue des frais d'inscriptions. Cela montre bien les différences de caractères de chacune maisELF Copie de P1080992.JPG aussi il faut le reconnaître, le résultat du travail de l’association.

         Samedi je suis allée à la réunion mensuelle. Comme le dit Hari, ce n’est pas la réunion la plus intéressante car une bonne partie du temps a été consacrée à vérifier pour les retardataires que l’année 2011-2012 est bien soldée et récupérer les derniers résultats  - plusieurs succès au Bac et même des mentions ! vu les difficultés de cette année scolaire, c’est très réjouissant .

         Les grèves dans les écoles publiques ont amené un important désordre chez les jeunes qui se sont retrouvés « lâchés dans la nature » :  oisiveté, découverte de la drogue, des grossesses en cours …. Beaucoup de parents sont très inquiets. Cette situation (2 adolescentes de nos filleules enceintes) a amené Hari à mettre en place un projet non encore réalisé. Début octobre, une réunion aura donc lieu avec toutes les mamans et les jeunes de plus de 13 ans avec une médecin,  pour une formation sur la sexualité et la contraception. Cette réunion a été présentée comme obligatoire mais je pense que, de toutes façons, les mamans sont très intéressées par cette proposition. 

    J'ai beaucoup apprécié l'ambiance de la réunion faite d'écoute, de discussions, de "remise en place" pour certaines et tout cela avec le sourire ! Elles semblent heureuses de se retrouver et forment maintenant un réel groupe.

    L’entraide commence à devenir réalité aussi ici à Fianar. Lala a des difficultés avec son travail et la garde de ses enfants, aussi un arrangement a été organisé entre elle et Louisette :  Lala va partager les services de la nounou de Louisette, une autre filleule. Mais une discussion très animée a eu lieu lorsque j’ai rappelé à Lala que l’argent doit servir pour les enfants (écoles + nourritures) et non pour l’alcool  - C’est une vraie calamité ici à Madagascar !... et  la dégradation de la situation au quotidien aggrave le problème.