UA-64657298-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nos amis à Mada

  • Catégories : nos amis à Mada

    avril 2017 Pâques à la ferme école

    Comme tous les ans nous retrouvons quelques volontaires français à l'occasion d'une journée détente organisée sur le site de la ferme école du diocèse

    P1120796.JPG

    Comme d'habitude le repas a été préparé par tous

    P1120797.JPG

    Les petits des différentes familles se retrouvent pour jouer

    P1120800.JPG

    P1120803.JPG

    Visite de la pépinière et course aux œufs de Pâques

    P1120806.JPG

     

     

  • Catégories : nos amis à Mada

    avril 2017 anniversaire diu père Bernard

     

    P1130612.JPG

    Les petits des volontaires sont tellement fiers d'avoir participé

    P1130614.JPG

    Le Père Bernard notre lien à tous

    P1130615.JPG

    Un cadeau confectionné avec les moyens du bord et des photos sélectionnées par plusieurs générations de volontaires

    P1130617.JPG

  • Catégories : nos amis à Mada

    Gérard Vacher nous raconte « leur tourisme »

     

    Un peu de tourisme…

    Le dimanche, nous partons explorer le Parc d’ANJA, situé sur les Hauts Plateaux, dans un magnifique paysage. Nous croiserons des quantités de troupeaux de zébus, de tailles diverses, en migration pour une foire à ANTANANARIVO.

    Le guide du parc nous fera connaître des plantes médicinales et aussi aromatiques avec lesquelles nous nous frottons pour éloigner les moustiques. Les lémuriens Catta nous guettent dans les arbres. Ils se déplacent avec grâce et élégance, leur belle queue rayée rétablissant parfois les équilibres. Les caméléons nous attendent aussi aux croisées des chemins, les iguanes se chauffent au soleil, le serpent passera son chemin tandis que la chauve-souris de la grotte attendra une heure plus favorable…

    lémurien 1.JPG

     

     

    Nous profitons d’un autre week-end pour prendre le train qui conduit à MANAKARA. Départ de la gare de FIANARANTSOA, à SEPT heures mais en fait, c’est à CETTE heure-là que nous partons : 11h40 !!

    Voyage très original, sans stress : 168 km en 11h, avec arrêt dans chaque gare distante de 10km de la précédente. Les habitants des villages traversés viennent voir le train et ses passagers, ils leur proposent toujours des fruits, des samoussas, des beignets de bananes (délicieux !), des pâtes de bananes cuites à la vapeur dans des feuilles de bananier (excellentes !), mais aussi des écrevisses, des produits artisanaux…

    Nul besoin de wagon-restaurant !

    Voyage à faire absolument !!

     

    L’arrivée a lieu autour de 22h30 et là, les conducteurs de pousse-pousse nous attendent … C’est la foire d’empoigne ; qui sera l’heureux élu pour la course jusqu’à l’hôtel de la Vanille ?

    « C’est moi qui viens vous chercher ! – Non, c’est moi !! »   etc… etc…

    La situation est pesante, oppressante, nous sommes fatigués et ne savons lequel choisir. C’est le syndrome du pousse-pousse !

    La course sera évaluée à un tarif exorbitant…

    Le lendemain, le guide Patrice nous conduira pour un voyage en pirogue sur le canal des PANGALANES.

    Découverte d’un autre temps, d’un autre rythme, d’un autre espace.

     

    Toujours de l’artisanat, encore différent dans les villages de pêcheurs : nattes tressées en raphia, chapeaux de paille, extraits de distillations d’essences…

    Nous  finirons au bord de l’Océan Indien, au lieu nommé « trou du Commissaire »

    Beauté de l’Océan et de ses vagues, volupté du bain !

    Ce commissaire-là était un connaisseur !!

     

    trou du commisaire.JPG

    Voilà le terme d’un récit, la fin d’un séjour troublant, d’une aventure intense riche de rencontres heureuses, inattendues, de situations éprouvantes, d’échanges de regards en souffrance et de sourires si chaleureux.

     

    MADAGASCAR, terre de contrastes, tu nous éblouis par ta richesse naturelle et humaine, puisses-tu vaincre, avec tous ces êtres éclairés que nous avons rencontrés, ce mal qui te domine encore aujourd’hui : la corruption.